Brigitte, bénévole humanitaire depuis huit ans - Orvault

mardi 30 août 2011

Trois questions à...

Brigitte Ardèche, Orvaltaise depuis 45 ans, qui revient de quatre semaines de mission humanitaire au Burkina Fasso pour le compte d'une association belge,

Fourmis.terre.

Depuis quandêtes-vous bénévole ?

Je cherchais à parrainer un enfant. On m'a proposé un garçon prénommé Salif et j'ai souhaité le rencontrer dans son village de Signoghin, à 10 km de la capitale Ouagadougou. J'y suis allée pour la première fois en 2007, sur mes congés annuels. J'ai adhéré à l'association Fourmis.terre en 2003 et je suis toujours la seule Française, au milieu des cinquante Belges. J'ai parrainé ensuite Alima, une petite fille, et cet été, j'ai pu me rendre compte de ses progrès en français.

Quelle est votre mission, concrètement au sein de l'association ?

Notre mission est de construire trois classes de lycée pour les enfants du village, qui compte près de 3 000 habitants. On a fini la construction et le toit en tôle est en train d'être installé pour une rentrée, prévue le 15 septembre. L'établissement public accueillera près de 120 élèves par classe, tous âgés entre 15 et 17 ans. Une association italienne a également construit un bâtiment pour trois autres classes.

Quand repartez-vous sur le terrain ?

Nous partons tous les deux ans en alternance avec les trois continents : il y a deux ans, nous étions en Inde pour construire un orphelinat, puis deux séjours au Burkina Fasso. Peut-être irais-je en Amérique du Sud ? Il faut que l'on détermine un projet pour un endroit précis et récolter les fonds pour mener à bien le projet de l'été 2013. On paye son billet, ses repas, son hébergement et l'ambiance est toujours de qualité. J'adore le Burkina Fasso, ce n'est pas pour rien qu'on le nomme le pays des hommes intègres et j'y retournerai régulièrement.

Contact. Site internet : http://www.herb.be/fourmis.terre/